Archives pour l'étiquette José Kunzler

Aux stagiaires de la formation HVLA sur le rachis Paris 2016

Bonjour à tous,

Merci encore pour le partage et les échanges lors de la formation sur le HVLA avec José Kunzler.
Suite à l’intervention sur la douleur et à l’utilité des manipulations dans le cadre d’un traitement ostéopathique je vais envoyer aux participants le support.
Pour ceux qui n’ont pas pu rester jusqu’à la fin et pour les autres aussi, je reste disponible si vous avez des questions. Je suis navré de ne pas avoir pu être plus explicite ni complet pour certains mais cette intervention était improvisée, et la gestion de la douleur basée sur les neurosciences fait l’objet d’interventions plus longues avec des épisodes d’intervision et de partages d’expériences cliniques qui permettent de donner du sens à nos cas cliniques.

Pour faire un résumé de ce que j’ai essayé de vous transmettre :

    • La douleur est une expérience émergente complexe qui se construit en fonction de nombreux signaux sensoriels (pas uniquement nociceptifs) ne provenant pas uniquement des tissus (contexte, mémoire, raisonnement, croyance, émotion).
    • Tout le système neuro-immuno-endocrine participe à votre survie et déclenche l’alarme (la douleur) quand il a épuisé tous les autres systèmes de compensations. A moins d’être dans une situation traumatique, inflammatoire ou organique, le modèle biomédical de la douleur n’est pas le plus efficace pour régler le problème.
    • Considérer que la douleur vient d’une vertèbre bloquée, c’est rester bloquer dans le modèle biomédical de gestion de la douleur.

L’outil manipulatif peut s’avérer très utile pour gérer la souffrance des gens.

Les manipulations structurelles si elles sont pratiquées dans de bonnes conditions, peuvent modifier certains signaux sensoriels à court terme.

Les bonnes conditions de manipulations sont les suivantes  :

  • A visée physiologique (et non biomécanique) : Elles entraînent des effets physiologiques bénéfiques périphériques et centraux (voir l’article de Bialosky) pour aider le patient à se libérer de sa souffrance.
        • Elles sont plus appropriées pour les douleurs nociceptives aigües
        • Un peu moins appropriées pour les douleurs centrales chroniques.
        • A utiliser avec une extrême prudence dans les cas de douleur neuropathique périphérique (dont nous avons pas eu le temps de parler mais qui font l’objet de compétences particulières que vous pourrez acquérir chez Philip Moulaert).

Ne pas considérer la manipulation en soit comme le traitement. L’intégrer dans un cadre de traitement cohérent multi-dimensionnel appuyé sur des éléments cliniques.

En pratique :

  1. Préférer les manipulations HVLA en focusing.
  • Elles sont confortables, douces.
  • Soyez attentif dans la montée des leviers à ne pas provoquer une réponse neuro-musculaire de protection = n’active pas le danger, ni la menace pour le système nerveux central dont le système d’alarme est déjà sensibilisé.
  • Elles sont cohérentes avec la biomécanique du vivant en comparaison avec les techniques en locking qui sont basées sur des dogmes poussiéreux (voir l’article sur L’analyse critique des lois de Fryette)

2. Prendre en compte l’effet décorum de l’intervention complexe 

  • Il favorise les processus d’homéostasie et de sanogénèse;
  • Il participe à changer des entrées qui permettent au patient de retrouver de la mobilité et de l’autonomie;
  • Le  geste doit être beau et effectué  avec attention et intention

En vous souhaitant un bon retour dans vos foyers et dans vos cabinets en espérant que soyez reparti avec un bout de ce que vous étiez venus chercher.

Amitiés

Laurent Fabre ostéopathe